Châteaux, capitelles, remparts, moulins, pigeonniers…
Les richesses patrimoniales des Avant-Monts

Sur le plan architectural, ce territoire se caractérise par une richesse patrimoniale qui se trouve concentrée dans un même espace. La configuration géographique des Avant-Monts a en effet permis la conservation d’un patrimoine d’une étonnante diversité, que ce soit sur le plan militaire, vernaculaire, religieux ou meunier.

Remparts et châteaux

Dans le village de Caussiniojouls un remarquable Castrum d’époque carolingienne est mentionné dès 966 avec des constructions en arête de poisson. Ces formes sont également visibles sur les vestiges de la muraille du village de Fouzilhon. Ces deux sites semblent être les derniers témoins, d’une chaine de Castra permettant le contrôle de la limite nord d’un royaume Wisigoth. A Saint-Geniès les vestiges d’un castrum datés de fin XIè-début XIIè siècle sont situés en plein cœur du village et sont contemporains de la croisade des Albigeois (Le seigneur Pierre de St Geniès resta fidèle à Raymond-Roger Trencavel). Dans la même zone de contrôle des communications, se trouve le château médiéval de Cabrerolles (photo) avec sa chapelle castrale construite en surplomb. Ce site verrouillait l’accès entre la plaine biterroise et la haute vallée de l’Orb. Autre temps, autre période, le château de Margon avec ses tours à poivrières pourvues d’un chemin de ronde est un remarquable témoin de l’architecture militaire de la guerre de cent ans.

Au cœur des vignes et des oliviers se dresse le somptueux Château-Abbaye de Cassan. Humble retraite monastique devenue puissant prieuré royal puis fastueuse demeure princière, le château abrite une vaste église romane (Xlllème s.) et un palais abbatial (XVlllème s.) qui lui valut le nom de « Petit Versailles » du Languedoc. Ce site historique est aujourd’hui un véritable écrin pour de nombreux événements culturels : visites libres ou guidées, expositions et concerts.


Architectures religieuses
Chapelles et monastères

En quittant Gabian, en direction de Roujan, se dresse la façade ouest du prieuré de Cassan, devenu, au début du XIIème siècle, le véritable phare de la spiritualité en Bas Languedoc. Après avoir subi un lent et inexorable déclin amorcé au XIVème, le prieuré va muter en majestueux château 4 siècles plus tard, au prix de destructions irrémédiables. Cette splendeur du siècle des lumières géniteur d’un mouvement fortement anticlérical, prendra une affectation laïque à partir de 1790. La prieurale sera même transformée en cave viticole tandis qu’au XXème, les affectations du château furent tout aussi surprenantes avant qu’il devienne une véritable vitrine accessible au public.

Plus au sud, après Roujan et en direction de Pèzenas, perdue au milieu des vignes, St Nazaire d’Auberte, avec son chevet carré d’influence Wisigothique, daterait du IXème. Ce témoin de l’architecture préromane est l’une des plus anciennes églises encore debout dans la région. Les restes de St Etienne de Frontignan, plus au nord, entre Faugères et Roquessels, sont sensiblement de la même époque. Et si le besoin d’un « pèlerinage » se fait jour, St Etienne de Trignan, à Neffiès, St Michel de Paders, à Montesquieu, ou ST Bauzille de fourches à Caussiniojouls satisferont les esthètes de l’art pré Roman, avec un passage obligé à Puissalicon. En effet, s’y dresse, au beau milieu du cimetière, une spectaculaire tour de 26 m de hauteur (lire plus bas).

Les amateurs d’art roman ne seront pas insensibles aux 2 chapelles castrales de Notre Dame de Roquessels et de Notre Dame de Laroque, à Cabrerolles, à St Etienne de Fouzilhon avec son typique chevet en cul de four, à Sainte Marie de Cassan, à Roujan, et son clocheton circulaire sur la 8ème travée (le mieux décoré du bas Languedoc). A St Etienne de Pailhès, l’austérité des vieilles pierres s’est vue tempérée par l’apport d’icônes récentes (milieu du 20ème) de Nicolas Greschny. A Magalas, les origines romanes de Saint Laurent sont conservées sur le portail doté de 4 colonnes supportant un grand porche, vicissitudes et aléas de l’histoire affectant par la suite le caractère initial de l’édifice. Comme partout, les églises furent maintes fois remaniées, l’école gothique apportant çà et là quelques touches de « modernité ». De l’aspect actuel de St Jean Baptiste, à Murviel, à l’église fortifiée de Puissalicon, en passant par celle d’Autignac et la Chapelle Montalarou (à Pailhès), toutes 2 élevées au XIXème, chaque visiteur mesurera l’évolution de ces lieux de culte. Un passage devant la maison du peuple de Laurens sera également révélateur de l’époque récente du « Midi rose ». Les mentions Travail &Progrès encadrent un bonnet phrygien sur la façade remaniée en 1923 de … l’ancienne église St Laurent ouverte au culte en 1786, dédiée, 137 ans après, à d’autres vocations.

Faugères porte également en elle une histoire mouvementée ou s’affrontèrent  catholiques et protestants. Aux violentes diatribes de la 1ère moitié du XVIème succéda rapidement une guerre fratricide, sanglante et particulièrement cruelle. De l’an 1577 à 1837, ce fief de la religion protestante a connu 4 temples et conserve le lieu fondateur, (établi dans une grange) utilisé jusqu’en 1663, certainement le plus ancien de France. Avec la révocation de l’édit de Nantes, le 2ème fut rasé en 1688. Le 3ème, établi en 1795 (après l’édit de tolérance de 1787) dans une ancienne tour du château du XIIème siècle, resta à l’abandon  pendant plus de 100 ans. Ses vestiges, sauvés par Mme Jeanne Colignon, rappellent celui que l’on nomme « Le temple vieux » par opposition  sans doute à l’édifice actuel bâti par les fidèles en 1837.

Chapelle de Montalaurou – Pailhès
Dédiée à l’Immaculée Conception, elle date de 1855. La chapelle est ouverte deux jours par an (en dehors de manifestations exceptionnelles) le 15 Août et le 8 Décembre. La chapelle, au milieu de Pins Parasols, perchée sur sa colline, est un haut lieu de Pèlerinages et domine les alentours, offrant une vue surprenante sur les villages environnants et la Vallée de l’Orb.

Monastère – Abbaye Saint Joseph de Montrouge
Les moines et moniales de Saint-Joseph vous accueillent Sur la colline de Mont Rouge au sanctuaire dédié à St Joseph, situé entre les contreforts des Cévennes et la Mer Méditerranée, à Puimisson, non loin de Béziers. Une église abbatiale de style Roman en pierre de Beaulieu a été bâtie en 2011 et récemment un monastère.

 

Pierres sèches

Dans le Faugérois, vous pourrez découvrir en vous promenant le long des nombreux sentiers de randonnées, de très belles capitelles que l’on nomme ici des « carabelles ». Entretenus grâce à une association, ces abris et de nombreux murs en pierres sèches utilisent une technique et un savoir faire ancestraux. Carabelles, murets, terrasses sont à admirer sur le site des Mates Basses, à Faugères. Pour y accéder : D909, reliant Béziers à Bédarieux. Accès par le Caveau des Crus Faugères, parking à droite, derrière le bâtiment.

Pigeonniers

Les pigeonniers sont très nombreux à Murviel. Ils se trouvent aussi bien en campagne, dans les domaines que dans le village. Le porche d’accès au château (actuelle mairie) supporte un pigeonnier. Une des originalités de  Murviel réside dans le nombre de pigeonniers-tours. La datation de ces édifices reste incertaine, l’un d’entre eux présente des appuis de fenêtres moulurés évoquant  le 17e siècle, un second offre un encadrement de porte en plein cintre reposant sur des impostes datable de la seconde moitié du 18 siècle ou de la première moitié du 19e siècle. Beaucoup  de ces pigeonniers étaient au centre d’une métairie aujourd’hui disparue.

Circulades

Ce néologisme désigne une urbanisation circulaire typique du Languedoc et tout spécialement de l’Hérault, au nord de Béziers. Fondées 2 siècles avant les bastides du sud-ouest bâties suivant un schéma rectangulaire, les circulades organisent leur disposition autour d’un noyau central sous la protection d’un château ou d’une église, le plus souvent sur un «pech» dominant les environs. Si l’on en recense une trentaine dans l’Hérault, on en compte pas moins de 8 sur ce territoire, avec : Fouzilhon, Magalas, Margon, Murviel, Puimisson, Puissalicon, Roujan et St Geniès-de- Fontedit. Elles racontent 1000 ans de sédentarisation méditerranéenne, au cœur d’une ruralité soumise aujourd’hui à une forte pression foncière.

La Tour romane

Cette Tour de 26m de hauteur, située à 1km du village de Puissalicon, est un magnifique clocher de style lombard, édifié au XIème siècle, sa décoration se caractérise par des étages séparés par des corniches. C’était la tour attenante à une église disparue : Saint-Etienne de Pézan. C’est aujourd’hui un obélisque singulier, dans le cimetière,  au milieu du vignoble.
Édifice classé aux monuments historiques depuis 1862.

 

Carte du territoire

Pour aller plus loin :

Consultez ci-dessous les sites inscrits ou classés sur le territoire.
18 monuments sont répertoriés sur 12 communes des Avant-Monts
 

Office de tourisme communautaire

ZAE l’Audacieuse
34480 Magalas
04.67.36.67.13
tourisme.magalas@avant-monts.fr